En avril 2000, pendant une promenade de routine à 300 mètres en dessous du sol dans la mine de plomb et d’argent de Naica au Mexique, deux mineurs firent une surprenante découverte. Ils ont accidentellement creuser à l’intérieur d’une cave, et ce qu’ils virent les laissa sans voix. La grotte était remplie de cristaux selenite, le plus large était de de 11 mètres de long et 5 mètres plus haut que ceux trouvés lors de découvertes antérieures. On pense que ces cristaux géants commencèrent à cristalliser il y a entre 500 000 ans et 200 000 ans. Les conditions létales l’emportent dans cette grotte – la température varie entre 45 et 50°C et l’humidité atteint 90-100%. Un groupe de scientifiques de différents domaines ont formé le projet Naica pour profiter des possibilités d’explorer le passé, qui s’ouvrait avec la découverte de la grotte. L’un des principaux but était de chercher des formes vivantes primitives. Les cristaux, résultat du retrait de l’eau dans la grotte, étaient exposés aux risques de disparition dû aux changements de conditions.

C’est plutôt facilement, cependant, que la mine cessera les coûteux pompages des hectolitres d’eau, restorant les conditions originales de la grotte et fermant l’accès à l’intérieur de celle-ci. Ceux qui ont visité la grotte aux cristaux, décrivent leur expérience comme une rencontre avec quelque chose de surnaturel. L’extraordinaire beauté et les conditions mortelles déterminent l’expérience incroyable et plus spécificiquemenet, permet un chemin pour atteindre les limites de survie à la fois biologique et esthétique. Le géologiste Juan Manuel Garcia-Ruyz l’appelle La Chappelle Sistine des cristaux – beauté paradisiaque dans des conditions cauchemardesques. Ce qui intéresse Angelika Markul, plus que simplement la beauté, est la fascination qu’évoque aussi bien la technologie scientifique que l’exploitation esthétique, qui fut appliqué dans l’extraction.

Expositions
What is lost is at the beginning, exposition personnelle, CSW Ujadowski Castle, Varsovie, Pologne, 2016. Curator: Jaroslaw Lubiak